La maladie d’enfer...

Publié le 21 Mars 2008

Vous connaissez certainement ce tube : Ville de lumière interprétée par Gold ?

Et bien voilà quelques temps qu'il ne me sort pas de la tête ! Son refrain me revient... obsédant... lancinant....comme un mal de dent ou un mal "dedans".
C'est à cause des mots : Ne plus pleurer, rester là, à se demander pourquoi...
Alors....Voilà ma version où rôde... sournoise... angoissante... l'ombre de cette maladie d'enfer qui m'habite , moi et certains autres...





La maladie d’enfer.


Comme un ange qui me dépose
Des perles au bout des doigts
Tu venais chaque nuit chez moi.
Ami de lumière, j'ai besoin de toi !

Mais les mots que tu m’proposes
Ont perdu leur éclat.
Je t’appelle et tu ne réponds pas !
Ami de lumière, qu'a-t-elle fait de toi ?

Ne plus pleurer, rester là
À se demander pourquoi
N'exister que pour soi
Aimer jusqu'au dernier combat.

Angoisse-.jpgSur nos pavés de poussière
Et nos chemins de croix
Nous sommes tous seuls, cette fois.
Ami de lumière, j'ai besoin de toi !

Et dans ma prison de pierre
Où je tremble et j'ai froid
Je sais que je n'te reverrai pas
Ami de lumière, qu'a-t-elle fait de moi ?

 

Ne plus pleurer, rester là
À se demander pourquoi
N'exister que pour soi
Aimer jusqu'au dernier combat…

 

Mô ( 21/03/2008)

Rédigé par Lylience

Publié dans #Ma vie

Repost 0
Commenter cet article

arcane13 30/03/2008 14:00

je suis flatté d'être dans tes liens, je viens de parcourir ton blog, belle promenade  ! Amitié

Lucie 24/03/2008 21:28

Il nous faudrait la musique avec le texte Je me souviens de quelques bribes .... mais pas suffisamment pour chanter sur tes paroles. Pour ce qui est du dico : il est vrai que c'est amusant et magique de l'ouvrir à n'importe quelle page et de découvrire les mots au hasard ....Bises à toi LucieMUT

Régine 21/03/2008 17:07

Ces 4 vers " Ne plus pleurer.....aimer jusqu'au dernier combat" : je les trouve beaux, et pathétiques....Et, je te vois, ombre mauve et grande qui scrute le lointain pour essayer d'apprécier l'issue ! Ta lumière se trouve à l'horizon bleu et froid, cet infiniment long et court à la fois ! Bonnes fêtes de Pâques avec la pluie, la neige, le vent ! J'habite derrière cette colline bleue et si, tu avances un peu, tu me verras !