Le blues de la blouse (3)

Publié le 14 Décembre 2011

Le tablier de la maison :

C’était, en général les anciens tabliers d’école.

 

o    Obligatoire, sitôt rentrée à la maison, on quittait le tablier d’école pour enfiler le tablier de la maison. Pas moyen d’y échapper !

C’est vrai qu’au moyen-âge, on obéissait à ses parents. On ne bronchait pas, sinon gare à la correction !

Pour ma part, j’étais rebelle, et je recevais bien des coups de martinet.

 

o    Il protégeait nos habits de la semaine, des salissures, des déchirures,des incidents de la vie quotidienne.

C’est vrai qu’au moyen-âge, on jouait dehors, on ne restait pas assis devant un écran.

 Pour ma part, j’aimais jouer « à la maîtresse », lire et écrire des histoires. Mais,cela ne m’empêchait pas de me salir. Depuis ce temps, je suis souvent « médaillée ».

 

o   Il nous tenait chaud, plusieurs couches de tissus protégeaient mieux du froid.

C’est vrai qu’au moyen-âge, les tissus n’étaient pas isolants et le chauffage central n’existait pas. On chargeait la cuisinière à charbon et le petit poêle à bois et il faisait à peine tiède.

 

moi-ch-coup.jpgMoulins-moi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Pour ma part, je n’étais pas frileuse et on m’appelait déjà « la chaudière » pour avoir le don de réchauffer les mains des copines. J’avais surtout froid aux cuisses et je montais mes chaussettes de laine jusqu’aux genoux. Les pantalons de filles n’existaient pas.

   

 

 

 

Rédigé par Lylience

Publié dans #Ma vie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article